Les avantages psychologiques de l'activité physique : un esprit sain dans un corps sain

L'exercice quotidien, une saine alimentation et des repas bien équilibrés, la gestion du stress et de bonnes nuits de sommeil sont tous des caractéristiques d'un mode de vie sain. L'activité physique est très importante pour le maintien de la santé physique et psychologique.

La recherche révèle que l'activité physique a d'importants avantages psychologiques. Par exemple, l'exercice peut améliorer votre humeur et vous aider à vous sentir plus confiant et compétent. Il peut aider à prévenir et à gérer la dépression et l'anxiété, à accroître l'énergie, à réduire le stress et à améliorer la vivacité d'esprit et la résistance.

Certains genres d'activité physique comme les sports d'équipe, permettent en plus de se créer un réseau de soutien social qui peut comporter de nombreux avantages notamment, encourager les liens d'amitiés, améliorer l'humeur et assurer une meilleure qualité de vie.

Quel est le type et le niveau d'activité physique dont j'ai besoin pour mieux me sentir?

Il n'y a pas de formule exacte d'activité physique qui fonctionne pour tout le monde. De nombreuses études ont révélé que, dans le cadre d'un programme d'activité physique, les activités aérobiques (p. ex. des activités comme la course ou la bicyclette conditionnent le coeur et les poumons à répondre au besoin accru d'oxygène) et l'effort sont importants pour garder la bonne forme.

Cependant, la durée, la fréquence et le type d'activité physique dépendent du niveau actuel de forme physique et des buts de chacun. On suggère habituellement qu'une personne fasse 30 minutes d'exercice modéré comme la marche rapide, trois à cinq fois par semaine.

Cependant, toutes les autres formes d'activité physique peuvent apporter des améliorations à la santé mentale, qu'elles soient aérobiques ou non aérobiques et qu'elles soient faites au cours d'une seule période ou au cours de plusieurs petits laps de temps. Le jardinage, le golf, la marche du chien, la participation à des activités sportives sont autant d'exemples.

De nombreuses personnes avouent «mieux se sentir» après un exercice régulier, peu importe de quel type. Nous allons plus vraisemblablement continuer à faire les choses que nous aimons, qui sont faciles à adapter au quotidien et qui font que nous continuerons à bien nous sentir.

Je ne sais pas par où commencer : l'importance de se fixer des buts dans l'activité physique

En choisissant le type d'activité physique qui convient, il est important de se fixer des buts réalistes et de se donner le temps nécessaire pour les réaliser. Il arrive souvent de débuter à faire de l'exercice en ayant des attentes irréalistes.

Par exemple, une personne peut vouloir perdre du poids dans une période de temps trop courte ou elle peut faire de l'exercice trop souvent et pendant trop longtemps. En se fixant des buts irréalisables, la personne peut se sentir déçue et inefficace, et elle sera plus encline à abandonner ses activités. Il faut se fixer des buts facilement réalisables, puis augmenter graduellement ses exigences.

Les changements dans l'état de santé (p. ex. la perte de poids, l'amélioration de son état cardiovasculaire) peuvent prendre du temps à se manifester de sorte qu'il est important de se fixer des buts comportementaux ou de rendement qui permettront de mesurer le succès.

Le nombre de volées d'escaliers que vous montez par jour ou le nombre de marches que vous faites par semaine sont des exemples de buts comportementaux. Essayez de vous fixer des buts bien précis (p. ex. je vais marcher deux kilomètres, trois fois par semaine).

Si vos buts sont trop généraux (p. ex. je vais marcher davantage), ils sont difficiles à mesurer et ne sont pas aussi motivants. Les activités routinières ennuyeuses peuvent nuire à la motivation et il est donc important de mettre de la variété dans son programme de conditionnement physique. Si vous n'êtes pas certain des buts appropriés de mise en forme, vous pourriez consulter un professionnel du conditionnement et/ou de santé physique.

Assez c'est assez. Les signes psychologiques d'un entraînement excessif

Bon nombre d'entre nous menons des vies surchargées et peinons à gérer toutes nos responsabilités. En ce sens, il est important de prendre du temps pour soi-même en priorité et trouver des façons de nous aider à le faire.

Nous avons tous nos limites personnelles dans ce que nous pouvons faire physiquement et mentalement. Si nous en faisons trop, trop rapidement, l'entraînement dépasse notre capacité de s'adapter et nous pouvons être victime d'un entraînement excessif.

Le surentraînement, aussi appelé excès d'entraînement, épuisement et surmenage, peut se manifester de multiples façons. Une incapacité soudaine de terminer les échauffements, la fatigue, les troubles du sommeil, la perte d'appétit, les troubles de l'humeur (p. ex. l'irritabilité, la dépression, l'apathie/l'attitude médiocre envers l'entraînement, la perte de motivation à s'entraîner et/ou l'épuisement mental), et une susceptibilité accrue aux blessures/maladies n'en sont que des exemples parmi tant d'autres.

Le plus souvent, le surentraînement provient d'une récupération incomplète ou d'un manque de repos ou d'une trop grande intensité dans le même exercice. Plus la période de surentraînement est longue, plus la période de récupération requise est longue. Par conséquent, il est très important de détecter hâtivement les signes d'épuisement ou de surmenage. Votre esprit et votre corps ont besoin de temps pour se remettre.

Si vous vous apercevez que vos échauffements laissent à désirer et que vous éprouvez une baisse d'intérêt et d'énergie, il convient probablement d'interrompre votre programme pendant un certain temps. Se pousser à bout dans une période d'entraînement, plutôt que de prendre le temps de récupérer peut être à l'origine de problèmes de santé mentale assez importants.

Pour obtenir plus d'information :

Vous pouvez obtenir plus d'information sur l'activité physique de l'Agence de la santé publique du Canada à l'adresse : http://www.phac-aspc.gc.ca.

L'agence a aussi publié un guide qui pourrait vous aider à trouver des façons d'intégrer l'activité physique dans votre quotidien. On peut trouver de l'information additionnelle sur le site Web de la Santé Canada à l'adresse : http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/physactiv/index_e.html.

Avant de vous engager dans une activité physique, consultez votre médecin de famille afin de vous assurer tout d'abord que vous êtes en santé. L'exercice peut parfois mettre à risque les personnes qui souffrent de certaines maladies ou de certains états physiques.

Il y a aussi d'autres sites Web utiles sur le sport et l'activité physique : 

Vous pouvez consulter un psychologue autorisé pour déterminer si les interventions psychologiques peuvent vous venir en aide. Les associations de psychologie provinciales et territoriales ainsi que certaines associations municipales offrent souvent des services d'aiguillage. Pour obtenir le nom et les coordonnées des associations provinciales et territoriales en psychologie, cliquez ici. Le Répertoire canadien des psychologues offrant des services de santé offre aussi un service de listage et se trouve à l'adresse http://www.crhspp.ca.

Ce feuillet d'information a été préparé pour la Société canadienne de psychologie par Dre Hannah Davis-Marchand de l'Université d'Ottawa.

Dernière révision : janvier 2009