Encore une fois il y a de fortes possibilités que le budget fédéral de cette année soit mauvais pour la recherche : les compressions aux conseils subventionnaires sont une possibilité très réelle. Des compressions importantes dans la recherche scientifique du gouvernement ont déjà commencé, notamment à Environnement Canada. L’examen stratégique et opérationnel fédéral exige que tous les ministères proposent un budget fondé sur une compression de l’ensemble des dépenses de l’ordre de a) 5 % et b) 10 %. Les décisions finales seront prises par les ministres de premier plan. On peut supposer, que des compressions aux conseils subventionnaires, et/ou d’autres compressions à la recherche scientifique du gouvernement, pourraient bien être proposées dans le cadre de cet exercice.

Bien que ce processus soit bien enclenché, le ministre Flaherty a parlé de « souplesse » dans les plans du gouvernement. De plus, la perspective économique internationale floue signifie probablement que les plans du gouvernement seront tout aussi flous.

Au mieux, cette situation n’est pas très claire et, au pire, elle menace le financement de la recherche. Encore là, compte tenu des incertitudes économiques, le gouvernement pourrait se laisser persuader, compte tenu de l’importance critique de la recherche pour l’avenir du Canada. Il est par conséquent de la plus haute importance que la communauté de la recherche fasse entendre sa voix!
Si un grand nombre de chercheurs font valoir leurs points de vue, il n’est pas trop tard pour produire un impact! Après un effort semblable l’an dernier (qui a produit plus de 500 courriels), le budget s’est avéré bien meilleur pour la recherche que ce que l’on craignait.